Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2018
Archive pour novembre, 2018


Descente de croix

19 novembre, 2018
archeologie, ART ROMAN, fresques murales romanes, fresques romanes, Moyen age, photos peitures murales | Pas de réponses »

La descente de croix qui suit la crucifixion est rarement représentée simultanément en peinture.L’iconographie qui s’inspire quasi exclusivement de modéles byzantins est ,à quelques rares exceptions rigoureusement respectée.Figurent toujours les représentations du soleil et de la lune,la Vierge à la droite du Christ,Jean à sa gauche,Joseph d’Arimathie et Nicoméde remplacent en quelque sorte,le porte lance et le porte éponge de la crucifixion.Jésus toujours nimbé penche sa téte vers la droite,en direction de Marie qui pose tendrement son visage sur la main droite de son fils décrochée de la croix.Joseph d’Arimathie soutien le corps du Christ tandis que Nicoméde retire le clou de la sa main gauche.Jean a gauche de la scéne pose sa main sur son visage en signe d’affliction.

Descente de croix aux grottes de Jonas (Puy de Dome)

Descente de croix aux grottes de Jonas (Puy de Dome)

La descente de croix de Jonas (Voir article sur les grottes de Jonas) est probablement la plus ancienne que nous conservions.Elle est malheureusement trés abimée.On y voit Nicoméde muni d’une énorme pince retirant le clou de la main du Christ.De grosses gouttes de sang s’échappent de la plaie.Les mains de Joseph d’Arimathie agrippent le bras du Christ comme si il voulait aider Nicoméde à le déclouer.Dans les cantons supérieurs de la croix apparaissent les représentations du soleil et de la lune

A Vic dans l’Indre une descente de croix occupe le registre inférieur du mur de séparation de la nef et du choeur,coté nef.L’iconographie y est on ne peut plus classique et fidéle aux modéles byzantin

Descente de croix à Vic (Indre)

Descente de croix à Vic (Indre)

Il en est de méme au Liget en Indre et Loire (Voir article sur Le Liget) si ce n’est qu’ici tous les personnages sont nimbés y compris Nicoméde otant le clou de la main du Christ

Descente de croix aux murs en rotonde de la chapelle du Liget

Descente de croix aux murs en rotonde de la chapelle du Liget

La plus belle figure sans doute au mur de séparation de la nef et du choeur de l’église de Varenne Bourreau (Voir article sur Varenne Bourreau)

Descente de croix de Varenne Bourreau (Mayenne)

Descente de croix de Varenne Bourreau (Mayenne)

Mais la plus étonnante figure aux voutes de la crypte de Tavant.Encore une fois le peintre de Tavant se singularise.Ici en effet les gras de la croix sont constitués de deux troncs de couleur verte.Au dessus un main divine apparait a travers les nuages.Tous les personnages sont au pied de la croix .Joseph assis dérriere le Christ dont la téte est soutenue par Marie agenouillée et placée a gauche de son fils.Jean est figuré à droite de la croix et identifié par son nom inscrit au dessus.Nicoméde ne décloue pas le Christ ,il est assis au pied de la croix au premier plan.

superbe descente de croix à la crypte de Tavant (Indre et Loire)

superbe descente de croix à la crypte de Tavant (Indre et Loire)

 

 

 

Avord

15 novembre, 2018
archeologie, ART ROMAN, fresques murales romanes, fresques romanes, Moyen age, photos peitures murales | Pas de réponses »

Le village d’Avord dans le Cher à quelques kilométres a l’est de Bourges,dans une région que l’on nomme Septaine,est plus connu pour son importante base aérienne que pour son église mutilée du XII iéme.L’édifice vaut surtout pour son frontispice dont le pignon est orné  d’une grande croix à agneau pascal sous une large arcade plein cintre selon un modéle que l’on retrouve en Berry à Charost,Mehun,Vornay ou encore Jussy champagne.A l’intérieur subsitent des fresques du XIIiéme siécle localisée dans un local qui fait office de choeur mais qui ne serait en fait qu’une partie de l’ancien transept dont il ne reste que la coupole et deux puissant piliers.Ces peintures de qualité moyenne (dessin schématique,personnages hiératiques,palette restreinte)furent découvertes en 1954 à l’occasion de travaux.Les deux plus belles images,celles de St Pierre a gauche reconnaissable a sa clé et de St Paul à droite tenant le livre de la loi et affublé d’une étonnante méche de cheveux en forme d’accroche choeur venant masquer en partie sa calvitie,s’étalent de part et d’autre de la fenétre axiale du mur de fond.Des traces de couleurs sous les peintures donnent a penser qu’il existait une décoration peinte dessous antérieure a l’actuelle.

St Pierre et St Paul de part et d'autre de la fenétre axiale (Aprés restauration)

St Pierre et St Paul de part et d’autre de la fenétre axiale (Aprés restauration)

 

Visage de St Pierre (avant restauration)

Visage de St Pierre (avant restauration)

Visage de St Paul tenant le Livre (Avant restauration)

Visage de St Paul tenant le Livre (Avant restauration)

 

Belle clé tenue par St Pierre(Avant restauration)

Belle clé tenue par St Pierre(Avant restauration)

Les murs latéraux sont ornées de peintures sur deux registres ,dans des cadres bordurés d’une double bande ocre rouge et jaune.Au mur Nord les peintures sont trés éffacée.Au registre supérieur du mur Sud apparaissent tronqués des bustes de personnages non identifiables Peut étre des apotres.Au registre inférieur du mur sud est figurée l’image d’une femme non identifiée dans une robe rougeatre sur laquelle tombent des long cheveux blonds

Image d'une femme non identifiée au registre inférieur du mur sud

Image d’une femme non identifiée au registre inférieur du mur sud

Sur les piliers de l’arc d’entrée subsistent deux images abimées d’évéques.Celui du pilier sud est mieux conservé avec crosse et palium.Peut etre s’agit il de l’image de St Hugues patron de l’église

Evéque au pilier sud de l'arc d'entrée

Evéque au pilier sud de l’arc d’entrée

 

 

 

 

 

 

Crucifixions

11 novembre, 2018
archeologie, ART ROMAN, fresques murales romanes, fresques romanes, Moyen age, photos peitures murales | Pas de réponses »

Dans les scénes de la passion la crucifixion qui suit le portement de croix et précéde la descente de croix est figurée seule.Cette scéne a haute portée symbolique est reproduite selon une iconographie strictement codifiée.A l’époque romane le Christ sur sa croix est entouré  a sa droite du porte lance,Longinus et a sa gauche du porte eponge Stephanus tous deux identifiés parfois par une inscription.Ils sont accompagnés de Marie toujours a la droite du Christ et de Jean a sa gauche.Il arrive que la scéne soit circonscrite dans un cadre (St Jacques des guerets,cloitre de la cathédrale du Puy)et dans ce cas seuls sont figurés Marie et Jean.Les cantons supérieurs de la croix sont toujours occupés par des représentations du soleil et de la lune le plus souvent dans des médaillons.Dans la tradition grecque,Jésus est figuré nu,uniquement vétu d’un pagne autour de la taille et imberbe.Dans la tradition syrienne Jésus est vétu d’une longue tunique et apparait barbu.La peinture romane a conservé la nudité grecque et la barbe syrienne.Le Christ est toujours figuré vivant ,yeux ouverts,affublé de son nimbe crucifére.La couronne d’épine et les instruments de la passion n’apparaitront vraiment qu’a l’époque gothique.Le crucifixions ne font pas partie des scénes les plus représentées comme si le peintre roman eprouvait des réticences a montrer la souffrance du Christ.Elles nous arrivent souvent tronquées,sans la partie basse de la scéne ;peut etre une conséquence de l’emplacement de cette scéne sur les murs de l’abside ou du choeur

Crucifixion a St Pierre les églises prés de Chauvigny dans le Poitou

Crucifixion a St Pierre les églises prés de Chauvigny dans le Poitou

Cette représentation de la crucifixion est probablement la plus ancienne visible sur notre territoire.Les peintures sont datées de la fin du Xiéme siécle ou début du XI iéme,méme si certains spécialistes estiment ,en s’appuyant sur la facture du dessin,que ces peintures seraient plus tot un oeuvre de fin d’époque romane exécutée par un petit atelier local.Il est a noter l’etrange nimbe décoré d’un tréfle a 4 feuilles.

St Pierre les églises,le porte lance Longinus identifié par une inscription

St Pierre les églises,le porte lance Longinus identifié par une inscription,affublé d’un curieux couvre chef

A St Jacques des Guérets prés de Montoire dans la vallée du Loir,les fresques de la fin du XIIième siécle,montrent une trés belle crucifixion enserrée dans un cadre en raison de l’architecture particuliére de l’édifice.Les peinture s’étalent de part et d’autre d’une fenétre axiale.Un tableau renfermant une magnifique image d’un Christ en majesté entouré du tetramorphe fait le pendant dans son cadre a la crucifixion de l’autre coté de la fenétre

La crucifixion dans son cadre,à St Jacques des Guérets.

La crucifixion dans son cadre,à St Jacques des Guérets.

Il est a noter les deux trés belles images du soleil et de la lune.Ici seuls sont figurés Marie et Jean.On remarque la présence des clous dans la main du Christ conformément a une tendance a plus de réalisme apparue dés le XIIIiéme siécle

a Allouis dans le Cher prés de Mehun sur Yévre,un crucifixion occupe la partie basse du mur de l’arc triomphal .Malheureusement ,comme souvent la partie basse de la scéne est complétement effacée.Autour du Christ sur sa croix ne subsite que le visage de Jean..L’image du Christ décharné et aux bras squelettiques est impressionnante.

Le Christ sur sa croix a Allouis (Cher)

Le Christ sur sa croix a Allouis (Cher)

A Montgauch en Ariége,pres de St Girons,une belle crucifixion ,malheureusement par endroit trés abimée ,montre au registre inférieur du mur en hémicycle de l’abside,l’ensemble des « participants »(vierge ,longinus,Stephanus,et Jean)se détachant d’un fond vert.La crucifixion est accompagnée des restes d’une scéne rarement figurée au XII iéme siécle en peinture,la flagellation

Christ de la crucifixion a Montgauch (Ariége)

Christ de la crucifixion a Montgauch (Ariége)

A Lourouer St Laurent prés de la Chatre dans l’Indre,une crucifixion de fin d’époque romane occupe bien conservée, un grand rectangle,permettant d’apprécier l’ensemble des éléments de la scéne

Crucifixion à Lourouer St Laurent (Indre)

Crucifixion à Lourouer St Laurent (Indre)

La chapelle des Morts, au magnifique cloitre de la cathédrale du Puy,ainsi nommée parce que les chanoines y furent ensevelis,montre une trés belle crucifixion du XIII iéme siécle occupant tout le mur de fond de la chapelle.Le Christ en croix accompagné de la Vierge et de Jean ,ensérrés dans un rectangle sont entourés de 4 prophétes déroulanr des phylactéres.Dans les cantons supérieurs de la croix deux anges a genou présentent les images du soleil et de la lune.Du visage du Christ ,yeux clos ,traité de maniére trés réaliste,se dégage la souffrance.l’ensemble est clairement d’inspiration byzantine et mauresque

Fresque XIII iéme siécle de la crucifixion à la chapelle dite des morts du cloitre de la cathédrale du Puy

Fresque XIII iéme siécle de la crucifixion à la chapelle dite des morts du cloitre de la cathédrale du Puy

A la limite des départements de l’Indre et de la Vienne sur la commune de Mérigny,la chapelle du chateau de Plaincourault,appartenait à une commanderie de l’ordre de St Jean de Jérusalem.Des peinturres murales des XV iéme et du XII iéme siécle tapissent essentiellement les murs du choeur.Elles se superposent en tableaux  entre les fenétres a larges ébrasements.Les peintures datées de la date de construction de l’edifice ,c’est a dire la fin du XII iéme siécle montrent en particulier la tentation d’Adam et Eve et une crucifixion presentant des caractéres archaisants et des ressemblances avec celle de St Pierre les églises distante seulement d’une quarantaine de kilométres.Le Christ sur une croix potencée est encadré de Longinus et Stephanus qui précédent Marie a la droite du Christ et Jean à sa gauche.Les représentations du soleil et de la lune sont trés éffacées.Stephanus et Longinus portent un bonnet trés ressemblant a celui de leurs homologues de St Pierre les églises.les peintures ne sont pas d’une grande qualité et la palette est assez pauvre.

Crucifixion a l'ancienne chapelle du chateau de Plaincourault (Indre)

Crucifixion a l’ancienne chapelle du chateau de Plaincourault (Indre)

Au hameau de Caldégas,sur la commune de Bourg madame dans les Pyrénées Orientales la petite église du premier age roman méditérranéen renferme des peintures murales du XIII iéme siécle,mais qui ont conservé leur esprit roman.Il en est ainsi d’une belle crucifixion trés colorée,comme souvent dans les peintures catalanes

Crucifixion à Caldégas

Crucifixion à Caldégas

Le Christ sur une croix aux bois non équarris est accompagné classiquement su porteur de lance et du porteur d’eau.A coté ,toujours sur le mur de l’abside figure une descente de croix

La trés ancienne abbaye de St André de Soréde dans les Albéres non loin d’Argelés sur mer,ne conserve plus que son église et les remarquables sculptures qui l’ornaient.Le cloitre a disparu ,mais lors de travaux de démolition dans les année 50,fut mis à jour un fragment de mur peint judicieusement mis à l’abri dans l’église qui montre les vestiges d’une crucifixion datée du début du XIIième siécle.Il ne subsiste plus que l’une des branches de la croix avec le bras et la main trés effilée du Christ et le remarquable visage pathétique de la vierge

Vestige de la crucifixion de St André de Soréde (Pyrénées Orientales)

Vestige de la crucifixion de St André de Soréde (Pyrénées Orientales)

Vestiges de la crucifixion de St André de Soréde (Pyrénées Orientales)

 

 

 

 

 

Galerie de portraits a Areines

4 novembre, 2018
archeologie, ART ROMAN, fresques murales romanes, fresques romanes, Moyen age, photos peitures murales | Pas de réponses »

Areines n’est qu’à quelques encablures de Vendome et le site bénéficia d’une trés ancienne occupation humaine comme en témoignent la mise à jour d’un théatre,d’un temple et de thermes gallo romains.L’eglise est un édifice composé d’une nef simple du XI iéme siécle qui se prolonge par un choeur a voute légérement brisée et d’une abside en cul de four,qui furent modifiés au XII iéme siécle.Ces transformations interdisent de dater antérieurement au troisiéme quart du XII iéme siécle les peintures qui décorent l’édifice et qui devaient intérésser l’ensemble des murs de l’eglise comme en témoignent les traces visibles encore a la nef et qui accompagnent d’autres oeuvres peintes plus récentes du XV iéme siécle.(Anges,mariage de la vierge,chasse de St Gilles).L’essentiel des peintures est localisé aux murs et voute de l’abside et du choeur,en un bel ensemble dont l’état de conservation est variable et qui fut découvert en 1931.Si l’ensemble au premier regard donne l’impression d’une monochromie rougeatre généralisée ,un examen plus précis permet d’en apprécier la richesse de la palette(Ocre rouge,jaune ,brun,blanc,gris ,vermillon,vert et bleus parfois rehaussés en particulier a hauteur des auréoles)

ensemble des peintures du XII ieme siécle de l'abside et du choeur

ensemble des peintures du XII ieme siécle de l’abside et du choeur

L’iconographie de l’ensemble est des plus classique;Christ en gloire accompagné du tétramorphe a la voute de l’abside,collége apostolique sous une bande décorative au mur en hémicycle,de part et d’autre d’une fenétre axiale.La voute du choeur est occupée par un agneau de Dieu dans un médaillon accompagné de quatre anges.A la retombée des voutes du choeur figurent des scenes de l’enfance du Christ ,annonciation visitation d’un coté,nativité de l’autre.Le bas du mur  de l’abside est occupé par les restes d’une belle tenture bleue

Les apotres au nombre de 8 sont alignés debout groupés par deux sous des arcades déco,rées de petites batisses au toit en forme de pagode,entre de fines colonnettes

Les apotres groupés en duo sur le mur en hemicycle de l'abside de part et d'autre de la fenétre axiale

Les apotres groupés en duo sur le mur en hemicycle de l’abside de part et d’autre de la fenétre axiale

Au dessus le Christ en gloire dans une double mandorle a fond vert est entouré des symboles evangéliques assez effacés ,trés stylisés.

Le Christ en gloire a la voute de l'abside

Le Christ en gloire a la voute de l’abside

A la voute du choeur un agneau de Dieu apparait dans un médaillon a fond bleu entouré d’anges dont il ne subsiste plus grand chose.L’agneau ,traité assez grossiérement a perdu sa téte

L'agneau dans un double médaillon a fond bleu

L’agneau dans un double médaillon a fond bleu

Toujours au niveau du choeur ,à la retombée de la voute,les trois scénes restantes sont assez dégradées.Il reste le beau visage de la vierge de l’annonciation et une nativité relativement bien conservée montrant en particulier un boeuf dont la téte a plus l’allure du visage casqué d’un guerrier que d’un animal.

Au mur de l’abside,la fenétre axiale est trés richement décorée.Au sommet de l’intrados apparait une main divine.Les fonds sont blancs,les rebords de la fenétre sont soulignés de deux bandes jaune et rouge.Les larges embrasures sont occupées par deux trés belles images de combattants.A gauche un chevalier dans une belle cote de maille blanche,auréolé de bleu,tenant un écu jaune et rouge décoré d’une croix blanche est arborant un drapeau ,est identifié comme St Georges patron des croisés.A droite le guerrier ,épée à la ceinture,tient un long bouclier ovale.De sa main droite il tient une lance.Le casque est surmonté d’un haubert de maille aux tons rosatres et ocre rouge.Le personnage est auréolé de jaune.

St Georges ,patron des croisé.AU dessus apparait une main divine

St Georges ,patron des croisé.AU dessus apparait une main divine

 

 

 

Un "saint" guerrier

Un « saint » guerrier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais ce qui fait l’originalité des fresques d’Areines,ce sont les visages.Tous sont traités de la méme façon ,avec une utilisation massive d’un blanc trés pur.Le front est souligné de plusieurs rangées de rides blanches et epaisses.Les nez prennent racine trés haut entre deux yeux a fond blanc qui ont perdu leur pupilles.La bouche est petite.Le tout confére aux visages d’Areines un coté étrange ,presque inquiétant.Une véritable galerie de portrait qui ne peut laisser indifférent.On aime ou on n’aime pas ,mais le site d4areines et son église à peitures méritent vraiment un détour

Deux apotres sur fond vermillon

Deux apotres sur fond vermillon

Visage d'apotre

Visage d’apotre

Visage d'apotre

Visage d’apotre

Visage d'apotre

Visage d’apotre

Visage d'apotre au nimbe bleu caractéristique du Val de Loire (probablement retouché ici)

Visage d’apotre au nimbe bleu caractéristique du Val de Loire (probablement retouché ici)

Visage d'apotre avec ici une utilisation particuliérement abondante de blanc

Visage d’apotre avec ici une utilisation particuliérement abondante de blanc

Visage de la vierge de l'Annonciation

Visage de la vierge de l’Annonciation

Visage du Christ de l'abside.A noter les trois branches du nimbe crucifére en forme de clous à téte plate dépassant largement les limites de l'auréole

Visage du Christ de l’abside.A noter les trois branches du nimbe crucifére en forme de clous à téte plate dépassant largement les limites de l’auréole

 

 

 

 

 

 

 

 

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre