Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

27
oct 2018
Notre Dame sur l’eau à Domfront

C’est un véritable massacre archéologique qu’a subit cette remarquable église de l’Orne,un des joyaux de l’art roman normand.En 1836 la construction d’une route entraina la destruction de quatre travées de la nef et des bas cotés.L’intervention de Prosper Mérimée fut vaine.Il ne reste aujourd’hui de ce magnifique édifice que le choeur ,le chevet surmonté de son clocher et deux travées de la nef.Quatre années plus tard ,ce qu’il restait de l’édifice fut inscrit aux Monuments historique ,permettant de sauver ce qui pouvait l’étre encore.Mais les malheurs ne s’arrétérent pas là.En 1944 les bombardements détruisirent a nouveau une partie de l’édifice.Un temps abandonnée,elle fut remarquablement restaurée et aujourd’hui soigneusement entretenu.Les outrages des hommes avaient débuté beaucoup plus tot,dés la guerre de 100 ans,puis durant les guerres de religion et enfin à la révolution ou l’église servit de dépot,puis de grange et méme de filature.

Le remarquable clocher et l'ensemble du chevet,modéle d'équilibre,bordant la Varenne

Le remarquable clocher et l’ensemble du chevet,modéle d’équilibre,bordant la Varenne

DomfrontEglisePlanCoupe

Des peintures murales romanes subsistent dans des niches creusées dans les murs de l’absidiole sud.Cinq personnages sont représentés assis dans cinq des six niches aménagées dans le mur en hemicycle de part et d’autre d’une fenétre axiale.Les personnages sont probablement des « docteurs »si l’on considére la position de leur mains et du livre du dogme que tient chacun d’entre eux.Les visages sont empreints de noblesse et dégagent une certaine sévérité.Les tons utilisés sont plutot sombres (vert,bleus,gris,ocres).Les parties supérieures,tétes et bustes sont plus soignées et mieux conservées.Les parties basses paraissent comme écrasées dans leur niche,comme si,une fois les bustes réalisés,l’artiste s’était rendu compte qu’il manquait d’espace et avait logé tant bien que mal les parties basses dans l’espace encore disponible.

l’église ayant été consacrée en 1158,il est généralement admis que les peintures datent de la deuxiéme moitié du XII iéme siécle,avec des retouches au XViéme,époque à laquelle furent exécutées les fresques trés effacées subsitant sur les murs de l’absidiole Nord.

Il est a noter qu’a l’extérieur subsiste une série d’antiques dalles funéraires ,tandis qu’un vieux lavoir dérriére le chevet ajoute encore au charme de l’ensembledoc 1

 

doc2doc4

doc5domfront saint0031doc3

 

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre