Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

6
oct 2018
Les visages de Lourouer St Laurent

L’église de Lourouer St Laurent dans le Berry,prés de La Chatre,mérite un détour.Edifice composite constitué d’une nef romane séparée du choeur gothique par un mur diaphragme,elle renferme des peintures murales superposées découvertes en 1981 et restaurées en 2000.La quasi totalité des murs a été décoré de peintures s’étalant du XII iéme au XV iéme siécle.Les plus précieuses disséminées en quelques fragments sur les murs de la nef et à la partie haute du mur diaphragme appartiennent au XII iéme .On peut y voir un griffon ainsi qu’une belle crucifixion de fin d »époque romane ou début XIII iéme,traitée de maniére trés réaliste.

Crucifixion (détail)                                                                                                                                                                                           Détail de la crucifixion (Partie haute du mur diaphragme)

 

Visage Jean                                                                                                                                                                                                     Visage de Jean (scéne de la crucifixion)

 

Mais les vestiges les plus intéressants se résument en une série de visages de personnages non identifiés,oeuvre d’un véritable portraitiste ,parvenu,en dépit de la relative pauvreté de la palette (ocres rouge et jaune,blanc,et quelques touches de bleu et de vert) à une création des plus réussies.Les visages allongés aux traits fins,trés expressifs,aux paupiéres et joues rehaussées de taches vertes ou ocre rouge sont remarquables

lourouer apotres                                                                                                                                                                                       Série de visages aux murs de la nef

 

L’artiste qui oeuvra postérieurement aux peintres des églises voisines de Thevet et de l’incomparable ensemble de Nohant Vic,s’est plus inspiré des beaux visages allongés figurant aux vestiges de la petite église transformée en grange de Thevet St Julien,que de ceux uniques et rondouillards des fresques de Vic.

thevet visage                                                                                                                                                                                              Visage de St Thomas à Thevet St Julien

Visage Vic                                                                                                                                                                                             Visage caractéristique de Vic

 

Comme à Thevet St Julien les visages sont allongés,on retrouve les deux traits rouges matérialisant les rides du cou.Le dessin est toutefois moins graphique qu’à Thevet.Il faut noter parmi les quatres portraits alignés a la nef de Lourouer,les particularisme du visage du troisiéme personnage,tout aussi expressif que les autres ,mais plus anguleux et dont les joues et les zones d’ombres autour des yeux sont traitées à l’aide d’un vert soutenu remplaçant l’habituel rouge que l’on retrouve généralement sur les visages des personnages des peintures du centre ouest.

lourouer  visages

Deux traits rouges au niveau du coup et « posch »

vert aux pommettes et autour des yeux

De maniére générale les visages étaient traités dans ces régions du centre ouest,selon une technique décrite par le moine Théophile,dans sa fameuse « Scédula… » qui nous explique comment le peintre roman fabriquait la couleur chair,la « membrana »,obtenue par chauffage de la céruse ou blanc de plomb dans un récipient en cuivre ou en fer.La poudre obtenue était mélangée avec du cinabre c’est a dire du rouge permettant l’obtention d’une teinte rosée d’autant plus soutenue que la proportion de cinabre était importante.Pour une couleur chair plus pale on rajoutait du vert,un « vert de poireau »obtenu par réduction en poudre de quartz que l’on tamisait dans un linge humide.Les traits et contours du viasage ainsi que les zones d’ombre étaient réalisées à l’aide d’un « posch »obtenu par adjonction à la « membrana »de vert et de rouge mélés.

En dehors des peintures du XII iéme siécle ,il faut également noter la présence d’un intéréssant calendrier des mois,réalisé curieusement sur un des murs de la nef et datant comme la maorité des peintures de l’église du XIII iéme siécle.

Calendrier des mois                                                                                                                                                                                           Image du calendrier des mois (évocation de Janvier)

 

Au niveau du choeur toutes les peintures sont gothiques à l’instar d’un belle images du Christ

lourouer chris                                                                                                                                                                                        Lourouer,Christ d’époque gothique


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre