Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

9
jan 2017
Les fresques de Vals revisitées

Dans la vallée de la belle rivière l’Hers,malheureusement abimée par le creusement en 1985 de l’immense réservoir de Montbel prés de Chalabre,le minuscule village de Vals entre Mirepoix et Pamiers,aux toits de tuiles rosées et grises,est dominé par une trés particulière église semi rupestre fortifiée,décorée au début du XII ième siècle de singulières peintures murales.L’édifice qui connut au fil des siècles bien des vicissitudes,s’élève adossé à la roche,sur un plateau appelé plateforme du Rahus,dans un superbe environnement arbustif.Erigée selon les archeologues,sur les bases d’un ancien temple romain et sur une source située sous la chapelle d’entrée,l’église appartenait au Xième siècle à la puissante abbaye bénédictine de Lagrasse dans l’Aude.Sur la plateforme subsistent les restes d’un ancien village semi troglodytique.

l'église de Vals surplombant le village

Aprés avoir gravit un escalier ,l’unique entrée dans l’édifice s’effectue par la face nord.Un escalier permet de descendre dans la nef semi souterraine baptisée crypte.Maintes fois remaniée elle se prolonge par une abside en contrebas datée du Xième siècle ou furent exécutées les peintures.L’abside rectangulaire barrée par un chevet plat percé d’une fenètre trés postérieure,frappe par son élévation encore accentuée par l’etroitesse de la petite pièce.L’abside est divisée en trois travées,la voute ou figurent les peintures,scindée en trois compartiments par deux larges et épais arcs doubleaux.Au dessus on accede par un escalier à une chapelle du XII ième siècle ,la chapelle St Michel qui est aujourd’hui englobée dans une tour défensive surmontée d’une terrasse,construite au XIV ième siècle.

L'entrée de l'église ,coté Nord.En bas à droite une stèle en l'honneur de l'Abbé Durand qui découvrit les peintures

L’entrée de l’église ,coté Nord.En bas à droite une stèle en l’honneur de l’Abbé Durand qui découvrit les peintures

l'église et sa tour sur la plateforme du Rahus

l’église et sa tour sur la plateforme du Rahus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les peintures de l’abside semi souterraine que j’avais visitées au début des années 90,ont subit depuis deux campagnes de restauration en 2006 et en 2008.L’histoire de ces réhabilitations est relatée dans un petit et sympathique musée (gratuit)intéressant et trés bien tenu au pied de l’édifice.Il présente des collections d’objets issus des fouilles effectuées sur le site.Les peintures furent découvertes par l’abbé Durand en 1956.

Porte et escalier d'accés à l'abside semi souterraine

Porte et escalier d’accés à l’abside semi souterraine

Essentiellement exécutées à la voute,les peintures s’étalent sur les trois compartiments,quelques fragments subsistant aussi au niveau des arcs doubleaux.

Le premier compartiment en partant de l’entrée de l’abside,montre un Christ des derniers temps dans une gloire ovale simplement bordurée.Comme souvent la mandorle semble trop étroite pour lui.Il est entouré des symboles des evangiles.Seules les représentations de St Mathieu,un ange et de St Luc un taureau,sont bien conservées.Sous le symbole de St Mathieu,un ange non identifié est nommé par une inscription partielle au dessus de sa téte SCS PANTA.Sous le taureau de St Luc est figuré St Michel tenant sa lance surmontée d’une croix et porteur d’un rouleau en signe de sa fonction d’avocat au tribunal des derniers temps.Les deux anges encadrent un séraphin et ses trois paires d’ailes ocellées.De l’autre coté de la mandorle,deux autres anges non identifiès encadrent un autre séraphin

Ensemble des peintures de la première travée de la voute(Crit en gloire et symboles)                                                                                                                                                                                        Ensemble des peintures de la première travée de la voute

Le Christ en majesté dans sa mandorle

Le Christ en majesté dans sa mandorle

Les fresques de Vals revisitées dans archeologie g-300x200

l’ange de Mathieu et le taureau de Luc et au dessous

encadrant un séraphin,deux archanges dont St Michel

h-300x260 dans ART ROMAN                                                                                                                                                                                       L’ange de St Mathieu

Le deuxième compartiment est occupé par les images de 4 apotres groupés par deux de part et d’autre d’une chaine.Sur l’un des rempants Pierre reconnaissable a ses clés est associé à André porteur de sa fameuse croix.En face deux autres apotre dont l’un n’est pas identifiable,l’autre est désigné par une inscription,il s’agit de Philippe.Sur les arcs doubleaux subsistent des images de saints dont une belle image d’apotre identifié par l’inscription MATHIAS.

i-300x185 dans fresques murales romanes                                                                                                                                                                                   Ensemble des peintures du deuxième compartiment de la voute

j-300x213 dans fresques romanes                                                                                                                                                                                            Philippe et un apotre inconnu

k-200x300 dans Moyen age                                                                                                                                                                                                         Pierre et André

l-233x300 dans photos peitures murales                                                                                                                                                                                               MATHIAS sur l’un des arcs doubleaux a la deuxième travée

 

Le troisième compartiment de la voute est consacré à la naissance et à l’enfance du Christ.Sur l’un des rampants figure l’Annonciation.On y voit classiquement la Vierge accompagnée de l’ange Gabriel,sous une arcades composée de figures géométriques imbriquées rouges bleues et blanches.Moins classique est la présence au dessus d’un deuxième ange.Cet ange tourne le dos à une paire d’anges,l’un traité en rouge l’autre en bleu,qui surmontent la scène de la nativité figurée sur l’autre rampant.La vierge y est montrée allongée,recouverte d’une couverture décorée de disques entourant des losanges.Il faut noter que le peintre de Vals a abondamment utilisé le cercle comme élément décoratif.A Vals la Vierge de la nativité ne désigne pas du doigt l’enfant,mais par la position de ses bras et de ses mains pendantes ,semble accompagner son fils qui est au dessous soumis au bain par deux sages femmes.La scène du bain de l’enfant accompagne parfois la nativité,mais ce n’est pas une généralité.Une scène trés ressemblante figure aux peintures de l’église de St Martin des Puits dans les Corbières non loin de Lagrasse.

m-234x300                                                                                                                                                                                                L’Annonciation à la troisième travée

n                                                                                                                                                                                                     un ange tournant le dos a la Vierge de l’Annonciation

o-200x300                                                                                                                                                                                                 La Vierge de la nativité et le bain de l’enfant

p-203x300                                                                                                                                                                                                     L’enfant au bain (détail)

Sous la voute,sur le mur plat du chevet,au dessus de la fenètre ,subsistent des peintures qui représentaient une adoration des mages.On y reconnait encore la téte de la Vierge et l’étoile du berger,curieusement représentée ici,sous la forme d’une grande fleur à plusieurs pétales.Le traitement du visage de la Vierge est sensiblement différent de celui des vierges de l’Annonciation et de la Nativité,accréditant ainsi la thèse de l’intervention a Vals de plusieurs peintres.Les deux anges peints au troisième compartiment au dessus de la nativité semblent également etre l’oeuvre d’un autre artiste.D’autres traces de peintures existent ici et la en dehors de la voute,a l’intrados de l’arc d’entrée mais paraissent plus récentes ,probablement du XIII ième siècle

q                                                                                                                                                                                                      Détail des motifs décoratifs de la scène de la nativité

r-241x300                                                                                                                                                                                                 Deux anges au dessus de la Vierge de la Nativité ,oeuvre probablement d’un autre artiste

s-300x176                                                                                                                                                                               Reste d’une adoration des mages au sommet du mur du chevet plat

(visage de la Vierge et étoile du berger)

Les peintures de Vals offrent une autre particularité,celle d’etre considérées comme appartenant à un groupe,celui de l’ecole du Maitre dit de Pedret.Cette appellation est une construction d’archéologues,qui comme pour le « Maitre de Cabestany » en sculpture,ayant constaté des caractéristiques communes ,tant iconographiques que stylistiques dans différents programmes peints parfois trés éloignés géographiquement,ont donné un nom à cet artiste et à ses éléves.On sait qu’au XII ième siècle les peintres romans étaient non seulement itinérants car ne travaillant qu’à la commande,mais aussi anonymes.Ce titre de « Maitre de Pedret » découle du nom de l’une des localités ,Pedret en Catalogne ou cet artiste a oeuvré.

Un séraphin du Maitre de Pedret à Pedret                                                                                                                                                                                                           Séraphin a Pedret (Catalogne)

Les oeuvres attribuées au Maitre de Pedret,se répartissent essentiellement en Catalogne et en Andorre,mais aussi en France,en Ariège,à Vals donc mais aussi à la cathédrale de St Lizier pres de Saint Girons(voir article sur St Lizier).L’influence de cet artiste et de son école sera perceptible de la fin du XI ième au deuxième tiers du XII ième siècle.On classe les programmes peints appartenant à ce groupe en deux cercles,un premier cercle correspondant aux peintures du XI ième siècle et du tout début du XIIième(Pedret,Sant Pere de Ager,Santa Maria de Cap d’Aran,Aneu,Burgal)un deuxième cercle correspondant a des peintures du XIIième siècle(Chapelle du chateau de Orcau,Argolell,Rus,Baiasca et Vals)

L'Apotre Thadée à St Père de Ager(XI ième )                                                                                                                                                                                    l’apotre Thadée à Sant Pere de Ager(premier cercle)

Santa Maria se Cap d'Aran                                                                                                                                                                                          Vierge à l’enfant à Santa Maria de Cap d’Aran(premier cercle)

St Pere de Burgal (Fin du XI ième)                                                                                                                                                                                   Apotres à San Pere de Burgal(premier cercle)

Sant Serni de Baiasca(début du XII ième)                                                                                                                                                                                                  Sant Serni de Baiasca (deuxième cercle)

St Jean à Argolell                                                                                                                                                                                                Saint Jean à Argolell(deuxième cercle)

Toutes ces peintures ont des caractéristiques communes;le hiératisme trés byzantin des personnages,un dessin trés graphique,des visages allongés et sévères,de grands yeux noirs quasiment fixes,un tracé particulier de l’encolure des vétements,une abondante utilisation du cercle(tangents ,sécants ou entourant des losanges),de longues mains souvent disproportionnées,une position des pieds singulière(écartés et en éventail).La caractéristique la plus spectaculaire se situe au niveau de l’implantation capillaire,une mèche de cheveux tombant comme un peigne sur le front que l’on retrouve à Vals au visage de Saint Pierre

photo 18                                                                                                                                                                                               Saint Pierre à VALS(mèche de cheveux et chaine de cercles)


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre