Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

8
fév 2016
Notre Dame del roure à Taillet

Le mot catalan « roure » signifie chène en français.La chapelle Notre Dame del Roure est un édifice du XII ième siècle isolé sur les contreforts du Canigou,à l’ecart du petit village de Taillet au dessus de Céret.Des peintures murales de la fin du XII ième siècle récemment restaurées occupent la voute et les murs de l’abside.La chapelle n’a été classée monument historique qu’en 2006.

A la voute tronait un Christ en gloire dont il ne reste quasiment plus rien;On peut encore voir une partie des bordures de la mandorle et un ange ,ailes déployées traité en ocre jaune se détachant d’un fond bleu clair animé d’étoiles rouges.Derrière un deuxième personnage non identifiable tend son bras vers la gloire du Christ comme l’ange qui le précède

ND del Roure à Taillet ,Ange autour de la mandorle

ND del Roure à Taillet ,Ange autour de la mandorle

Dessous,sur le mur en hémicycle,sous une bande décorative assez effacée bordée de deux traits ocre rouge figure une entrée du Christ à Jérusalem.Le Christ est juché sur une anesse blanche précédée de son anon.Le Christ vétu de bleu est accueilli par Zachée dans son arbre et accompagné de deux autres personnages.Les habits sont tous traités de la méme façon,les bas de robes blancs sont décorés de carrés et de losanges délimités de traits fins ocre rouge.On retrouve cette méme décoration au bas des robes des personnages de la voute.On distingue une cité sommairement déssinée.Les deux personnages accompagnant le Christ deux apotres, sont nimbés et tiennent un livre .

L'entrée du Christ à Jérusalem

L’entrée du Christ à Jérusalem

Le Christ est à califourchon sur son ane conformément à la tradition byzantine.Les couleurs sont etonnantes.Les larges surfaces rosées et bleu clair pastel,confèrent leur originalité à ces peintures.Il s’agissait sans doute à l’origine de rouges et de bleus plus soutenus délavés au fil du temps.Certains spécialistes affirment que ces peintures ont été éxécutées selon la technique de la vraie fresque,puis reprises plusieurs fois à la détrempe.Le dessin est de piètre facture,trés graphique,oeuvre probablement d’un atelier local.Certaines ressemblances avec les peintures voisines de le Chapelle du Vilar ont été soulignées ,mais ces dernières sont de meilleures qualité.Si l’artiste de Taillet n’était pas un génie il convient de saluer son souci du détail,allant jusqu’à représenter le crochet permettant de soutenir la fausse draperie figurée au registre inférieur sous un bandeau décoratif.459Cette fausse draperie est l’élément le plus intéressant de l’ensemble.Dans ses plis sont représentés des oiseaux blancs trés stylisés au contours soulignés de noir ,présentant des ressemblances avec ceux figurant aux peintures bien plus anciennes de San Quirce de Pedret.Malheureusement la draperie a été abimée par l’ouverture postérieure d’une porte

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre