Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

16
jan 2016

L’église Notre Dame de Gourdon,sur un ancien oppidum gaulois,surplombe la route menant de Montceaux les mines à Macon.C’est un bel édifice de la fin du XI ième siècle,intéressant car il n’a été que trés peu modifié.Des peintures murales,on ne pouvait voir jusqu’à une époque relativement rècente,que le Christ en majesté tronant à la voute.Les autres peintures ne furent dégagées que dans un deuxième temps.

gourdon en gloire0009L’extarordinaire visage du Christ dans sa gloire en amende,dégage une impression d sévérité accentuée par le dessin des yeux,disproportionnés figés et cerclés de rouge.Ce Christ était destiné à frapper le visiteur.Il y réussit encore fort bien.

516aLe reste des peintures se répartit essentiellement sur les murs de l’abside et du choeur.Les fragments visibles dans les absidioles ne sont pas identifiables.Sous l’image du Christ,dans les écoinçons déterminés par les arcs des trois baies plein cintre de l’abside,sont figurés deux evéques en buste,avec le palium,traités dans des tons ocre rouges trés soutenus.Les visages sont austères,les main traitées de façon trés particulière.

Main d'un évéque

Main d’un évéque

a

gourdon  eveque0010

Au registre supérieur des murs du choeur,des deux cotés,court une frise d’apotres tous tournés vers le Christ.De beaux bleus viennent adoucir l’atmosphère pesante des puissants ocre rouges de la voute.

Bande bleue de fond derrière un groupe d'apotre

Bande bleue de fond derrière un groupe d’apotres.

Dessous,sous des arcatures aveugles,on peut observer plusieurs scènes.Coté sud ,une Nativité et une Annonciation.La Visitation a disparue.

Vierge de l'Annonciation

Vierge de l’Annonciation

La Nativité (détail)

La Nativité (détail)

Mais la scène la plus intéressante,car unique en France en peinture romane,se situe coté nord,ou figure sous un arc,une représentation des Pélerins d’Emmaus,confirmée par l’inscription « CLEOPAS » nom de l’un des pèlerins.L’histoire des Pélerins d’Emmaus est relatée dans l’évangile de Luc.Le Christ ressuscité rencontra deux pélerins incrédules sur un sentier.Souvent cet épisode n’est évoqué qu’au travers de l’image d’une mini Cène à trois personnages,le Christ et les deux pèlerins.C’est le cas à Gourdon.

Christ d'Emmaus

Christ d’Emmaus

premier pélerin

premier pélerin

 

"Cleopas" deuxième pélerin

« Cleopas » deuxième pélerin

A l’embrasure d’une fenètre,on peut voir l’image étonnante d’un diable cornu,décharné.Etonnante car réalisée ,à cet emplacement et hors du contexte d’un jugement dernier.

Diable cornu

Diable cornu

L’ensemble peint de Gourdon fait partie de ces oeuvres que l’on n’oublie pas.Non pas tant en raison de la qualité technique ou esthétique des peintures de la deuxième moitié du XII ième siècle,mais pour la rougeur sombre de la conque absidiale,le regard inquiétant du Christ de l’Apocalypse,le contraste quasi permanent entre ocre rouges soutenus et bleu profond des peintures des murs du choeur,qui confèrent à ces peintures une atmosphère pesante,allégée toutefois par la luminosité octroyée par les trés larges et hautes baies de l’abside

 

 

 

 

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre