Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

3
jan 2016
Le léviathan à Lutz en Dunois

L’église de Lutz en Dunois en pleine beauce ,prés de Chateaudun,possède un grand ensemble de peintures murales de la fin du XII ième siècle assez méconnues,sans doute du fait de la situation géographique de l’édifice.Ces peintures délaissées par les spécialistes sont pourtant intéressantes,ne serait ce que par la présence de l’image rare et monstrueuse du léviathan.A forte dominante ocre rouge et ocre jaune,elles ne sont pas de grande qualité,le dessin est assez grossier et souligné d’un épais trait rouge,mais elles offrent une panoplie de la pluspart des thèmes iconographiques utilisés en peinture romane.Les peintures occupent les murs de l’abside et une partie des murs de la nef.;le Christ en gloire qui devait figurer à la voute a disparu.En dessous de part et d’autre d’une fenètre axiale on observe sous des arcades ,deux groupes de quatre apotres.Les tètes des personnages du groupe de droite on disparu.Le groupe de Gauche montre les apotres figurés pieds nus,tous auréolés,chacun tenant un livre.L’artiste a alterné l’utilisation des rouges et des jaunes sur les auréoles e les habits.Seul l’apotre Jean imberbe est vétu de blanc.

168Sous les apotres court une frise de motifs décoratifs géométriques interrompus par des cercles.Deux de ces cercles montrent deux poissons superposés téte bèche.Une image que l’on retrouve à Montoire.

Aux embrasures de la fenètre,deux représentations d’évèques se détachent d’un fond ocre jaune,vétus d’une longue chasuble rougeatre et tenant le baton pastoral.Ils sont coiffés d’une mitre a deux pointes depassant de l’auréole.A la clé dans un cercle,un animal portant un nimbe gris bleu ,affublé d’une croix,foule aux pieds une sorte de monstre Sa longue crinière evoque plutot un cheval que l’habituel agneau de Dieu.On retrouve une image comparable aux fresques de Montmorillon dans la Vienne.

Eveque à l'embrasure de la fenètre absidiale

Eveque à l’embrasure de la fenètre absidiale

Les fresques de la nef montrent au mur sud,une belle représentation de la mise au tombeau.Le Christ repose sur une couche funéraire décorée de losanges.Prés de sa téte se tient Nicomède au large nimbe souligné d’un trait épais.Au pied du Christ est figuré le seul personnage non auréolé,Joseph d’Arimathie.Au centre un personnage penché sur le Christ n’est pas identifiable.En arrière plan apparait Marie Madeleine en prière et auréolée.Prés de la téte du Christ la Vierge debout,les yeux mi clos,penche légérement la téte vers son fils.Enfin au dessus de la scène flotte un ange descendu du ciel.

La mise au tombeau

La mise au tombeau

Tout au long du mur apparaissent des visages de personnages inconnus et des fragments de peintures difficilement identifiables.Peut étre les vestiges d’une crucifixion et d’une descente de croix.

Saint personnage inconnu

Saint personnage inconnu

Au mur nord ,la scène principale est l’entrée du Christ à Jérusalem.Le Christ ,main droite levée,apparait juché sur une anesse blanche que téte son petit.Il est suivi des apotres et des habitants de la cité.Entre les branches d’un arbre on distingue un petit personnage vétu de rouge.

171

Détail de l'entrée du Christ à Jérusalem,un anon tétant sa mère.

Détail de l’entrée du Christ à Jérusalem,un anon tétant sa mère.

Au mur occidental est représentée l’apparition à Marie Madeleine figurée agenouillée dans l’angle du mur,tandis que Jésus aux longs cheveux semble l’observer.Le Christ téte légèrement inclinée,est vétu d’une longue tunique blanche sans encolure.Le visage,tout en longueur est coiffé d’un nimbe crucifère à fond ocre jaune.

Le Christ de l'apparition à Marie Madeleine

Le Christ de l’apparition à Marie Madeleine

Suit l’image phare de l’ensemble,celle du Léviathan.Le monstre mythique apparait sous forme d’une énorme tète,narines retroussées,bouche béante hérissée  de gigantesques dents.La bouche est pleine de petits étres nus.Le gros oeil à l’arrière,à la pupille ocre,accentue encore l’impression de férocité.Debout devant le monstre,le Christ armé d’une lance extirpe Adam et Eve .Un bel ange debout devant une balance évoque le pèsement des ames,tandis qu’apparait un St Michel terrassant le dragon

lutz en dunois0029

 

 

 

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre