Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

2
jan 2016
Les étonnantes peintures de Toulongergues

De trés anciennes peintures tapissent encore les murs de la petite église St Pierre et St Paul du hameau de Toulongergues,isolée sur le causse,sur la commune de Villeneuve d’Aveyron.L’édifice est trés ancien,d’origine mérovingienne,comme en témoigne la présence entre autre,d’une colonne au niveau du choeur,décorée d’une sculpture en méplat représentant St Paul.L’église longtemps abandonnée a beaucoup souffert des outrages du temps et des hommes.Cédée en 1923 à des intérets privés,le chevet fut éventré par le percement d’une large porte,provoquant la disparition d’une partie des peintures.Lorsque nous visitames l’église ,dans les années quatre vingt,les fresques étaient dans un piteux état.Il s’agit d’une oeuvre étonnante ,trés singulière.Les peintures ,oeuvre probablement d’un atelier local,sont de piétre facture,mais elles constituent le seul exemple de peintures romanes du Rouergue et sont datées du début du XI ième siècle.

De part et d’autre d’un occulus,sont figurés deux des symboles évangéliques;à droite l’aigle de St Jean auréolé d’un nimbe bleu cerclé de blanc,ailes déployées,tenant le livre entre ses griffes.A gauche une représentation moins soignée d’un étre mi homme mi animal également auréolé de bleu,grossièrement dessiné.Les ailes déployées sont ocre rouge et bleues.Le corps de l’animal est pourvu d’une longue queue,la téte montre des yeux matérialisés par deux taches blanches.L’ensemble est souligné d’un épais trait ocre rouge.

Evocation de l'aigle de St Jean

Evocation de l’aigle de St Jean

Mi homme mi animal

Mi homme mi animal

Dessous sous une bande ocre rouge

Apotre dont on distingue encore une main et une partie du visage

Apotre dont on distingue encore une main et une partie du visage

Sur le mur de droite se détache d’un fond bleu soutenu bordé de rouge,entre deux contreforts,une étonnante image d’Eve nue ,émouvante de naiveté,bras levés et écartés.

425En face apparait un saint personnage à large nimbe jaune,vétu d’une longue robe ocre jaune rehaussée de lignes marrons,tenant un livre contre sa poitrine.Le visage ovale et rose est traité schématiquement,le nez matérialisé d’un simple épais trait blanc,les yeux de deux taches blanche avec deux petits cercles jaunes évoquant les pupilles.

417

Visage d'un saint

Visage d’un saint

 

Sur le mur nord ,les peintures sont mieux conservées,insérées dans de profondes niches,limitées par des arcs plein cintre soulignés de deux bandes ocre rouge.L’iconographie est étonnante et rare.Dans une des niches ,deux oiseaux blancs boivent dans un calice,dans l’autre un rapace,traité avec beaucoup de réalisme dévore un lapin.On retrouve ce genre d’image mettant en scène un volatile,en l’église d’Azé au bord de la Mayenne,ou un oiseau picore dans une motte indéterminée.

Rapce dévorant un lapin

Rapce dévorant un lapin

toulongergues0177

 

 

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Une réponse:

  1. stephane.armengol@orange.fr
    Salut souvenir des photos retrouvees

    Répondre

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre