Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

2
jan 2016
Lecture d’un décor peint,iconographie et emplacements

La peinture romane se caractèrise par sa diversité ,limitée toutefois par un certain nombre de contraintes qui lui confèrent une certaine unité.Ce paradoxe émane de la qualité et du statut des peintres.Tous poursuivaient le méme objectif,faire connaitre le plus agréablement possible,nous parlerons alors de dispositions narratives,mais aussi élever l’ame du visiteur vers Dieu au travers de signes,dans une disposition symbolique.Tous poursuivaient le méme objectif,mais ils étaient aussi encadrés par des moines ,leurs principaux commanditaires.Tous avaient le gout du voyage et les peintres étaient avant tout des itinérants,et ils subirent et s’enrichirent des influences diverses nées de la multiplication des echanges dans tout l’occident chrétien qui caractérisa la période romane.Les programmes des cycles peints obeissent à des règles strictes auxquelles nul peintre ne songeait à se soustraire.Les volontés du commanditaire et du peintre étaient bridées par des contraintes architecturales,la configuration des églises et la disposition des murs utilisables pouvant etre bien différentes d’un édifice à un autre.Mais il arrivait aussi que les edifices aient été batis pour recevoir les peintures,le peintre pouvant etre simultanèment architecte et décorateur.Dans l’ensemble,l’oeuvre peinte fait corps avec l’église qui la porte et tout cycle peint ne saurait étre étudié en dehors du cadre qu’il contribue à composer.L’examen parallèle du support architectural et de la décoration peinte,permet de retrouver les liens unissant fresques et monuments.

Schéma de lecture du décor peint

Schéma de lecture du décor peint

L’imposante représentation à l’abside du Christ en majesté entouré des quatre symboles des évangiles constitue le pivot du décor peint.Il est l’élément destiné à frapper d’entrée le visiteur et il est par ailleurs souvent le mieux conservé.De la part le récit des scènes bibliques qui s’étalent le long des parois du choeur et de la nef,divisé en registres dans le sens vertical et en tableaux dans le sens horizontal.La lecture doit s’effectuer dans le sens des aiguilles d’une montre ,de gauche à droite à partir de la porte d’entrée occidentale,en commençant toujours par le registre supérieur.

Le cadre iconographique composé de thèmes essentiellement religieux,mais aussi profanes,intégrait à la fois des sujets figurés et purement décoratifs.

Chapelle d'Yron à Cloyes sur le Loir,ensemble des peintures

Chapelle d’Yron à Cloyes sur le Loir,ensemble des peintures

 

Les thèmes religieux étaient empruntés majoritairement aux épisodes du Nouveau testament.Les représentations de l’ancien testament sont assez peu fréquentes dans les églises de notre territoire,mais il y a l’extraordinaire exception de la « bible » de Saint Savin.Les motifs décoratifs,trés divers dans leur forme;géométriques(grecques,rubans plissés,oves adossés etc..)ou constitués d’élements végétaux,ou tirés du bestiaire animal ou fantastique,n’ont pas toujours une visée strictement esthétique.Le contenu de ces bandes décoratives,peut avoir en fonction de leur emplacement un but hautement symbolique.C’est la cas par exemple pour les bandes séparant les peintures des voutes de celles des murs en cul de four des absides.Cet étroit espace matérialise alors la séparation entre l’univers celeste(la voute) et le monde terrestre(les murs)et n’est garni que de motifs géométriques.

557

Mais l’image peinte la plus représentée,celle destinée à happer le regard du visiteur,est celle du Christ en majesté figuré à la conque absidiale.Cette scène mantes fois reproduite,garde ses codes,certains hérités de la tradition grecque(auréole ou nimbe symbole de divinité).Le Christ apparait dans une gloire,enveloppe divine généralement à l’époque romane en forme d’amende(on parle alors de mandorle)limitée par une bordure épaisse richement décorée.La gloire a parfois une forme losangique(St Martin de Fenollar dans les pyrénées catalanes)ou en toute fin d’époque et au début du XIII ième,un aspect trilobé(St Lizier en Ariège).

Christ en majesté dans sa mandorle à l'église haute de Tavant(Indre et Loire)

Christ en majesté dans sa mandorle à l’église haute de Tavant(Indre et Loire)

 

Dans l’Apocalypse,il est dit qu’autour de Dieu se tiennent les quatre vivants.Un lion,un taureau,l’homme et un aigle.Le lion symbolise la résurrection du Christ,le taureau ou le boeuf évoque la crucifixion,l’aigle annonce l’ascension et l’homme est l’incarnation du Christ.Les quatre animaux sont associés aux quatre évangelistes.Le lion à St Marc,le taureau à St Luc,l’aigle à St Jean et l’homme figuré souvent par un ange est associé à St Mathieu.Dans le tétramorphe,l’ange de St Mathieu est figuré en haut à gauche de la mandorle du Christ,l’aigle de St Jean en haut et à droite,le taureau ou boeuf de St Luc en bas à gauche tandis qu’en bas à droite apparait le lion de St Marc.Parfois les animaux sont figurés ailés(Rouillac dans le Lot)et souvent ces scènes de theophanies sont complétées par des anges.Une main divine dans un médaillon surplombe régulièrement l’ensemble.Le symbole christique,le chrisme y est rarement représenté(Les Cluses Hautes en Roussillon).

Les images du Christ en gloire sont en général assez bien conservées;sans doute en raison de leur position haute,a l’abri des mains des visiteurs et peut etre aussi de leur situation aux absides un peu moins sujettes que les murs des nefs et des transepts aux modifications architecturales postérieures,souvent dés l’avenement du gothique.

557a

Le boeuf de St Luc à Vals en Ariège

Le boeuf de St Luc à Vals en Ariège

Le lion ailé de St Marc à la chapelle de Rouillac prés de Moncuq dans le Lot

Le lion ailé de St Marc à la chapelle de Rouillac prés de Moncuq dans le Lot

l'aigle de St Jean à St Jacques des Guerets(Loir et Cher)

l’aigle de St Jean à St Jacques des Guerets(Loir et Cher)

 

Les fresques de nos églises ne montrent pas beaucoup d’images issues de l’ancien testament.Par bonheur nous disposons de l’immense ensemble peint de St Savin,qui étale bon nombre des épisodes relatifs à l’ancien testament,à commencer par la création.Outre la création,on peut admirer egalement d’autres thèmes disséminés dans d’autres edifices;l’arbre de Jessée,des episodes de la vie d’Abraham,de Noé,du roi David,de l’histoire de Moise.

563

Dieu annonçant le déluge à Noé et ordonnant la construction de la tour de Babel

Dieu annonçant le déluge à Noé et ordonnant la construction de la tour de Babel

St Savin;l'ivresse de Noé

St Savin;l’ivresse de Noé

 

L’iconographie romane s’alimente essentiellement de textes issus du nouveau testament et presque exclusivement de l’évangile de Luc.Les principaux thèmes concernent la naissance ,l’enfance,la vie et la mort du Christ ainsi que sa résurrection.

Deux thèmes sont toujours regroupés,l’Annonciation et la Visitation,tout comme la Nativité associée parfois au bain de l’enfant.

Brinay(Cher),la Nativité

Brinay(Cher),la Nativité

L’épopée des Rois Mages est abondamment représentée.

Vic,les Rois Mages apportant leurs offrandes et l'étoile du Berger

Vic,les Rois Mages apportant leurs offrandes et l’étoile du Berger

La présentation au Temple est évoquée au travers du vieillard Siméon,sorte d’émissaire divin,recevant l’enfant de Marie.La présentation au Temple est interprétée comme la célébration de la lumière et sera fétée plus tard ,au mois de février à la Chandeleur.

 

Le baptème du Christ est évoqué dans les quatre évangiles,mais il n’aura pas connu en France un grand succés auprés des peintres romans.

Une colombe représentant l'esprit divin vient effleurer la téte du Christ au baptéme de Lavardin(Loir et Cher)

Une colombe représentant l’esprit divin vient effleurer la téte du Christ au baptéme de Lavardin(Loir et Cher)

La fuite en Egypte  est souvent représentée ainsi que le Massacre des Innocents.

574La Cène ou dernier repas du Christ est presque partout présente.Des scènes de la passion ,la crucifixion sera la plus représentée,accompagnée parfois de la déposition de croix.La flagellation succinctement évoquée dans les évangiles de Mathieu,Jean et Marc est paradoxalement absente de celui  de Luc.Peu représentée par le peintre roman,en raison peut étre de sa cruauté,la chapelle d’Yron à Cloyes sur le Loir ,nous en restitue un bel exemple.

577La résurrection n’est évoquée qu’à travers les images des trois Saintes Femmes au tombeau.

Les scènes tirées du récit de l’Apocalypse sont figurées de manière un peu particulière et parcellaire par le peintre roman.Le jugement dernier y est plus ou moins intégré,souvent figuré au revers des façades occidentales.

Image de l'Enfer de Brioude (Haute Loire)

Image de l’Enfer de Brioude (Haute Loire)

Les images de Saints sont abondantes.Le collége apostolique souvent représenté au mur en hémicycle des absides,les saints en pieds sur les piliers du choeur ou de la nef,ou aux ébrasements des fenètres,ou dans des scènes évoquant leur martyre.

Saint éveque à St Loup de Naud prés de Provins

Saint éveque à St Loup de Naud prés de Provins

La Vierge est toujours trés présente,d’abord dans les épisodes de l’enfance et de la passion du Christ,mais aussi figurée aux voutes en gloire.

Vierge à l'enfant dans sa gloire à Montmorillon(Vienne)

Vierge à l’enfant dans sa gloire à Montmorillon(Vienne)

Enfin les thèmes profanes ne sont pas absents;Zodiaque et Calendrier des mois à l’arc triomphal,scènes de chasse ou épisodes de la vie de grands personnages,images du bestiaire,monstres et motifs végétaux divers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre