Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

29
déc 2015

Il n’y a pas eu de révolution technique depuis les peintures rupestres d’Altamira et de Lascaux puis les peintures paléo-chrétiennes,jusqu’à la peinture murale des XI ième et XII ième siècles.Trois grandes techniques furent utilisées pour réaliser les oeuvres peintes à l’époque romane.Le procédé à la fresque,les peintures à la détrempe et celles à la »grecque » plus lentes ,plus couteuses et bien moins utilisées.

Le procédé à la fresque ou à »buon fresco« ,terme impropre pour qualifier une peinture exécutée sur un enduit encore frais ,se déroulant en cinq étapes.

1 Sur le mur de pierre on étale un enduit grossier constitué de chaux éteinte ,de cailloux concassés ou de sable dans lequel on incorporait quelquefois de la paille(tradition byzantine)

2 Le schéma de la composition est esquissé au charbon de bois sur la première couche.

5063 Application d’une couche plus mince de lait de chaux.L’artiste ne prépare ainsi que la portion de mur qu’il pourra décorer avant que l’enduit ne soit sec.L’esquisse au charbon de bois apparaissant par transparence est reprise à l’ocre rouge et quelquefois gravée en creux.

4 Les couleurs détrempées dans de l’eau douce sont posées par aplats sur un enduit encore mouillé dans lequel elles pénétrent aussitot.

5 Le peintre trace les ombres et les lumières à l’aide de larges touches d’un blanc vif.

Les couleurs sont mates à base de terre.On retrouve souvent l’ocre rouge,l’ocre jaune,le vert ,le bleu ,le blanc parfois le vermillon.Le peintre commence toujours par des fonds sombres.Cette technique réclamait habileté et promptitude et ne laissait pas place à l’erreur,les retouches étant quasiment impossibles.Mais en contrepartie,le procédé à la fresque assurait la pérennisation de l’oeuvre.Le cycle de St Martin de Fenollar prés de Perpignan est un des rares exemples de peintures à la vraie fresque.

Fenollar ,un ange

Fenollar ,un ange

Fenollar ,la nativité

Fenollar ,la nativité

 

Fenollar ,Vierge orante dans une gloire losangique

Fenollar ,Vierge orante dans une gloire losangique

 

 

 

 

 

 

 

 

La technique à la détrempe fut de loin la plus utilisée en France.Il arrive que des peintures réalisées à la fresque aient été reprises selon le procédé de la détrempe.Le procédé découle directement de celui de la fresque,la différence résidant dans le fait que le mortier est ici appliqué en une seule fois sur toute la surface à décorer.Le mortier est ensuite réguliérement remouillé en cours de travail.Cette technique permettait plus aisèment les retouches,mais la qualité de conservation des peintures s’est avérée moins bonne,particuliérement au niveau des rectifications,la peinture n’ayant pas pu penetrer parfaitement dans un enduit déja trop sec.Le plus grand et le plus célèbre exemple de peintures à la détrempe,peut ètre admiré à St Savin.

Dieu et la famille de Noé

Dieu et la famille de Noé

La prière d'Enoch

La prière d’Enoch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Larche de Noé

Larche de Noé

Les peintures à la »grecque »,ont éte trés peu utilisées.L’exemple type nous est donné par les peintures du prieuré clunisien de Berzé la Ville en Bourgogne.Une longue préparation du support était necessaire.Le mur était piqué pour permettre au revètement d’adhérer.Puis sont appliquées cinq couches successives de mortier.Dans la dernière couche un liant gras destiné à donner plus de brillant aux peintures est incorporé à la chaux éteinte et au sable.Sur le fond les personnages sont dessinés à l’ocre rouge.Les couleurs sont appliquées en deux temps.D’abord les tons mats,posés par aplats à la colle,puis les couleurs brillantes à la cire ,pour rehausser chairs et draperies.La palette est trés étendue.Pour Berzé la Ville on a dénombré huit couleurs de base.Ocres rouges et jaunes,cinabre,vert de cuivre ,bleu d’azurite,noir de fumée,blanc de plomb et brun.Des tons intermédiaires sont crées,trés nuancés,en superposant différentes couleurs,mais en ne les mélangeant jamais.Cette technique trés exigeante nécessitait un travail à sec.

 

Berzé,les apotres autour de la mandorle du Christ

Berzé,les apotres autour de la mandorle du Christ

123

124

 

 

 

 

 

 

 

 

L’utilisation de la chaux.La chaux vive est obtenue par calcination du calcaire ou pierre à chaux.La chaux éteinte est de la chaux vive diluée à l’eau.Mélangée au sable elle donnera le mortier appliqué au mur.Le lait de chaux est obtenu par dilution a l’eau de la chaux éteinte.Il faisait office d’agglutinant pour les pigmentsL’eau de chaux était enfin obtenue en ajoutant de l’eau au lait de chaux.Elle était utilisée pour les éventuelles retouches.

 

 

 

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre