Humarfra

Un site utilisant unblog.fr

23
déc 2015
La dualité,caractéristique de la peinture romane

L’une des caractéristiques de la peinture murale romane est de mettre en scène la dualité.Le peintre roman utilise toujours l’alternance,l’opposition,la dualité.Les dégradés n’existent pas en peinture romane.L’artiste roman ne nuance pas ,il tranche.Et si la couleur n’y suffit pas ,il utilisera le dessin ,le graphisme,divers objets.Sombre-clair,ombre-lumiére,bien-mal,beau-laid,petit-grand,important-subalterne,monde celeste-monde terrestre,telles sont les oppositions constamment recherchées et matérialisées.

Si par exemple l’utilisation de la couleur n’est pas suffisante,le peintre se servira de l’alternance.Ainsi aux peintures murales de la chapelle d’Yron à Cloyes sur le Loir,le peintre utilise l’alternance des couleurs pour distinguer les apotres groupés deux par deux.Les vétements et les nimbes de chacun d’entre eux sont traités dans une couleur différente.

Pour accentuer l’attrait d’une scène,mettre en valeur un personnage,le peintre utilisait les couleurs les plus belles ,les plus brillantes,réservant les couleurs plus ternes,les ocres notamment,couleurs de la terre,aux sujets qu’il souhaite dévaloriser.Ce fut systématiquement le cas pour le traitement de l’image du Christ en majesté tronant aux absides,qui bénéficia de toutes les attentions de l’artiste.A contrario pour Judas représenté dans la Cène,le peintre utilise toujours des tons fanès,et ses habits sont le plus souvent monochromes.

On peut admirer l’une des plus remarquables manifestation de ces oppositions,de cette dualité en l’église désaffectée de Sainte Lizaigne en Berry.L’artiste a peint deux évocations féminines de l’Eglise et de la Synagogue aux intrados des murs d’une fenètre.A droite(la place des élus)l’Eglise est représentée sous les traits d’une reine debout,altière,tenant du bout des doigts de sa main finement dessinée,un beau calice.Sa téte est coiffée d’une couronne d’or décorée de pointes vertes.Un beau voile gris et vert retombe sur sa robe.A gauche(la place des bannis)est figurée l’image de la synagogue,sous la forme d’une reine entièrement peinte en ocres rouges et jaunes,se transperçant le cou a l’aide d’une lance brisée.Elle laisse choir une coupe,les genoux sont pliés,la téte inclinée.Ici plus que la couleur,c’est le dessin(mains ,visages,calice)et l’emplacement (l’une à droite,l’autre à gauche)qui concourent de manière essentielle au decodage du message.

Il existe une autre représentation de cette dualité Eglise-Synagogue,utilisant les mémes ingrédients,à Saint Rémy la Varenne en Anjou.

504                                                                                                                                                                                Peintures murales de St Rémy la Varenne.A la droite du Christ ,l’Eglise en reine couronnée

A la gauche du Christ,la Synagogue en simple habit ocre rouge,le corps plié ,le buste rejeté en arrière

Sainte Lizaigne,a gauche la synagogue,à droite l'église

Sainte Lizaigne,a gauche la synagogue,à droite l’église


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Kryzaliid |
Compagnie bibi |
KARIWSKI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Modelenumasc
| Ywad
| voyageursaulouvre